La baladodiffusion : un retour à la communication parlée

· Blogue

La baladodiffusion, qu’on nomme aussi podcasting en anglais, est un mode de diffusion de contenu accessible via un fil de syndication (fil RSS) et téléchargeable sur un ordinateur, un appareil intelligent ou un baladeur numérique. Par la suite, ce contenu peut être écouté en différé.

En vogue ces dernières années, la baladodiffusion audio jouit d’une popularité grandissante puisque même les médias de masse comme Radio-Canada, Télé-Québec et RDS disposent maintenant de leurs propres podcasts.

Ce contenu audio est populaire notamment parce qu’il se consomme bien en vaquant à d’autres occupations : durant les trajets en voiture ou en transport en commun, en faisant le ménage, en promenant le chien et même dans le bain ! Certaines études démontrent par ailleurs que les balados ont un taux de rétention plus élevé que le contenu vidéo.

Importante part du contenu audio en ligne

S’intensifiant depuis quelques années, l’engouement pour les baladodiffusions ne cesse d’augmenter. La tendance semble à la hausse depuis 2020.

Selon un portrait sectoriel réalisé par le Centre d’études sur les médias de l’Université Laval (mis à jour en 2019), les balados constituent maintenant une large portion du contenu audio mis en ligne. Habituellement gratuites, ces diffusions se retrouvent sur différentes plateformes et peuvent être écoutées par le biais de divers services.

Bien qu’on note une tendance à la baisse du nombre d’heures d’écoute de la radio parlée au Québec ces dernières années, à l’inverse, tant les Québécois que les Canadiens consacrent plus de temps d’écoute au contenu audio en continu.

Les podcasts sont populaires chez nos voisins du Sud, aux États-Unis, qui sont un bon indicateur de ce qui se fait dans le reste du monde. En 2019, on estimait que les revenus publicitaires générés par ce contenu audio allaient probablement bientôt atteindre le milliard de dollars en sol américain. En 2020, ces revenus ont connu une augmentation de 19 % en glissement annuel malgré la pandémie.

Au Canada, l’étude de l’Université Laval a établi qu’en 2019, les personnes de 18 ans et plus écoutaient en moyenne 7,2 heures par semaine de contenu audio en continu, une augmentation importante par rapport à 2016 (5,2 heures). Toujours au Canada, l’étude note qu’un francophone sur 5 écoute régulièrement un service de radio en continu et les chiffres pour les services de baladodiffusions seraient similaires.

Enfin, selon la version 2021 du rapport Global Podcast Statistics, Demographics & Habits, 63 % de la population canadienne connaît le terme podcasting et 36 % ont écouté un podcast au cours du mois de février 2021.

Les répercussions de la pandémie sur la baladodiffusion

Contrairement à certains types de médias qui ont pâti des mesures entourant la pandémie, on a noté une recrudescence de nouveaux balados en 2020, et ce, dès les premières semaines du confinement.

Du côté des médias traditionnels, certaines chaînes se sont tournées vers la baladodiffusion afin d’offrir du contenu supplémentaire. On observe également une augmentation des baladodiffusions créées par des particuliers qui se sont mis à produire du contenu original dans le confort de leur domicile.

En effet, au cours de la dernière année, les baladodiffuseurs ont usé d’ingéniosité afin d’enregistrer des entrevues à distance tout en aménageant des studios à domicile. Internet foisonne de tutoriels et d’idées qui vont en ce sens. Ainsi, les créateurs de contenu usent de débrouillardise même s’ils ne peuvent se rendre dans leur environnement professionnel dans le but d’enregistrer leur contenu.

Selon Xavier Kronström Richard du Fonds des Médias du Canada, cette suractivité récente est attribuable au médium : le contenu sonore peut être produit non seulement à distance, mais aussi avec relativement peu d’équipement.

Pas que pour les adultes, la baladodiffusion 

Disponible en plusieurs formules, le contenu audio pour enfants s’est maintenant adapté à la mode balado. Il existe de nombreuses options pour les jeunes, ici et ailleurs, qui visent à alimenter l’imaginaire des tout-petits et des adolescents ou encore à leur permettre d’apprendre de manière ludique. Plutôt que d’avoir les yeux rivés sur un écran, ils peuvent profiter de contenu audio à la manière des grands.

Il y a encore peu d’études locales concernant l’appétit des jeunes de moins de 18 ans pour la baladodiffusion par rapport aux États-Unis, où le nombre d’options jeunesse pullule depuis quelques années.

Excluant la France et la Belgique, le contenu francophone est un peu à la traîne. Toutefois, la section Balados de Radio-Canada compte maintenant plusieurs titres pour les jeunes, qu’il s’agisse de balados, de contes ou de romans audio. 

Les livres audio ont aussi la cote

Quand on pense aux podcasts, impossible de ne pas y voir un lien avec les livres audio qui peuvent eux aussi être écoutés à tout moment.

Populaire auprès des amateurs de livres audio, la plateforme Audible offre une vaste sélection de titres, tous domaines confondus. En téléchargeant l’application mobile et grâce à un abonnement mensuel, les auditeurs peuvent écouter du contenu informatif et des fictions narrés par des acteurs de partout à travers le monde.

De plus en plus de contenu canadien et québécois s’y trouve maintenant et vous pourrez entendre les voix de personnalités d’ici comme l’actrice Karine Vanasse, le chanteur Marco Calliari, la chanteuse Laurence Lafond-Beaulne, l’auteur Bryan Perro, l’acteur Patrice Robitaille, l’acteur Raymond Cloutier et plusieurs autres.

Toujours plus en vogue, le contenu audio ne cesse de se réinventer et de se bonifier. Remplacera-t-il totalement la radio parlée telle qu’on la connaît ? Qui sait !

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK