L’effet COVID : Les Québécois partagent le même niveau de confiance envers les médecins et les scientifiques que le reste des Canadiens, mais les politiciens et les employeurs perdent du terrain

· Nouvelles

À l'approche du premier anniversaire du début de la pandémie, les Québécois partagent la confiance des Canadiens envers les scientifiques et les médecins, tandis que les politiciens et les employeurs perdent du terrain. Un pourcentage considérable de 81 % des Québécois et 85 % des Canadiens sont également d'accord pour dire qu'il est très (voire extrêmement) important que les citoyens aient accès à un journalisme factuel. Ils veulent des conseils d'experts et de l'information basée sur des faits, deux caractéristiques qui renforcent une démocratie saine.

Les résultats sont tirés de l'Indice CanTrust 2021, réalisé par Proof Strategies, l’agence partenaire de Capital-Image. Il s’agit de l'une des plus grandes études portant sur la confiance des Canadiens envers les dirigeants, les sources d’information et les institutions. L'enquête a été menée auprès de 1 517 Canadiens, comprenant 364 Québécois, du 8 au 20 janvier 2021. Elle a été réalisée après une année de perturbations et de nombreux décès dus à la pandémie, ainsi que dans un contexte d'inégalités raciales arrivant à un point d'ébullition et d’une récession économique touchant des millions de travailleurs.

« Les Canadiens nous indiquent très clairement en qui ils ont confiance pour nous aider à traverser la pandémie. Les conseils qu'ils souhaitent obtenir proviennent des laboratoires et non des assemblées législatives, ainsi que de la médecine et non des hauts dirigeants d’entreprises », a déclaré Bruce MacLellan, président et directeur général de Proof Strategies.

Les trois sources « d'information fiable » envers lesquelles les Québécois ont le plus confiance sont les médecins à 82 % (81 % pour l'ensemble des Canadiens) et les scientifiques à 78 % (77 % pour l'ensemble des Canadiens), suivis par les amis et la famille à 64 % et les éducateurs à 62 % (mêmes résultats obtenus pour les Québécois et pour le reste des Canadiens). En revanche, les dirigeants d'entreprise obtiennent la confiance de 28 % des Québécois (24 % pour l'ensemble des Canadiens) et les politiciens, 26 % (18 % pour l'ensemble des Canadiens). Malgré le faible niveau de confiance des Québécois envers les politiciens, il s’agit de l’écart de pourcentage le plus important par rapport à l'ensemble des Canadiens.

L'Indice CanTrust, qui en est maintenant à sa sixième année, a démontré de façon constante des niveaux de confiance élevés parmi les Québécois et les Canadiens envers leurs principaux services publics tels que les soins de santé, l'éducation, la police et l'armée. Les Canadiens font confiance aux services gouvernementaux et au secteur public, mais pas aux politiciens qui les supervisent.

« Malgré les nombreuses différences entre le Québec et le reste du Canada, les résultats du nouvel Indice CanTrust démontrent qu'il existe des modèles de confiance très similaires, ce qui est important pour favoriser un véritable dialogue et une bonne cohésion sociale », a déclaré Silvie Letendre, présidente et co-directrice générale de Capital-Image. « Alors que les fausses nouvelles, les théories du complot et la polarisation sont des problèmes majeurs aux États-Unis, heureusement ce n’est pas le cas au Canada ».

L’indice de confiance envers les employeurs est en baisse

Les employés canadiens donnent une mauvaise note à leurs propres employeurs quant à leur capacité à établir la confiance pendant cette pandémie. Dans l'ensemble, les employés ont donné la note D à leurs employeurs en janvier 2021, alors que la note était de C- en janvier 2020. Les travailleurs des services de première ligne, un groupe durement touché par la pandémie, ont fait passer la note de leurs employeurs de C- à D-.

Pour l'ensemble des Canadiens, la confiance dans les grandes entreprises reste très faible, à 27 %. Parallèlement, la confiance envers la direction est de 28 % et envers les conseils d'administration de 26 %. Chez les Québécois, ces chiffres sont tous nettement plus élevés, soit de 35, 38 et 38 % respectivement. Parmi les résultats positifs, la confiance envers les marchés financiers canadiens a augmenté au cours de l'année, passant de 36 à 43 % pour l'ensemble des Canadiens et à 53 % pour les Québécois.

La confiance des Québécois envers les médias traditionnels est l’un des secteurs où ils ont une plus grande confiance que celle de l’ensemble des Canadiens. Parmi les Québécois, 61 % déclarent faire confiance aux informations diffusées par les journaux, la télévision et la radio traditionnels, contre 55 % pour l'ensemble des Canadiens. De plus, 41 % des Québécois disent faire confiance aux opinions exprimées dans ces médias, contre 33 % pour l'ensemble des Canadiens.

Les moteurs de confiance envers les entreprises

Les entreprises devraient disposer de plans concrets visant à maintenir et à renforcer la confiance. Elles devraient aussi être plus attentives aux signes avant-coureurs d'une érosion de la confiance. Le maintien de la confiance exige un effort concerté, chaque jour, de la part de chacun. Il ne faut pas la laisser au hasard.

Lorsqu'on leur demande quels sont les comportements qui rendent une entreprise ou une marque plus digne de confiance, les Québécois sont plus susceptibles que les autres Canadiens à faire confiance à des entreprises qui partagent leurs valeurs et qui se portent à la défense du changement social : avoir des valeurs similaires aux miennes (67 % de tous les Canadiens contre 71 % des Québécois), une attention particulière à la sécurité et au bien-être des employés (67 % contre 71 %), un leader qui communique ouvertement (63 % contre 67 %), la défense d'un changement social positif (58 % contre 64 %) et un engagement envers l'inclusion et la diversité (57 % contre 62 % des Québécois).

La confiance envers la fiabilité des informations relatives à la COVID-19 et aux vaccins

Lorsqu'ils souhaitent obtenir des informations fiables sur la COVID-19, 63 % de l'ensemble des Canadiens et 64 % des Québécois font confiance à l'administratrice en chef de la santé publique du Canada. 61 % de l'ensemble des Canadiens (idem pour les Québécois) font confiance au directeur de la santé publique de leur province et 59 % (64 % pour les Québécois) accordent leur confiance à l'Organisation mondiale de la santé. L'influence des PDG dans les discussions sur la pandémie est limitée, car seulement 24 % de tous les Canadiens (et 30 % des Québécois) font confiance à ce groupe sur le sujet. Entre les deux, 46 % de l'ensemble des Canadiens (et 53 % des Québécois) disent faire confiance aux journalistes pour obtenir des informations concernant la pandémie.

 

Dans l'ensemble, 64 % des Canadiens et 65 % des Québécois disent avoir confiance que le vaccin est sécuritaire et efficace. Parmi les Canadiens à faible revenu, la confiance à l'égard du vaccin est nettement plus faible (50 %).

 

Sept Canadiens et Québécois sur dix consultent régulièrement des sources d'information pour obtenir des mises à jour sur la pandémie. 28 % des Canadiens et 23 % des Québécois le font plusieurs fois par jour et 42 % des Canadiens et 45 % des Québécois le font presque tous les jours, ce qui souligne à la fois la prédominance de la question et la confiance accordée aux médias d'information.

La confiance envers les dirigeants politiques

L'enquête révèle que la confiance de tous les Canadiens envers le premier ministre Justin Trudeau est aujourd'hui de 32 %, contre 39 % il y a un an, et que son niveau de confiance a baissé au cours de l'année dans les cinq régions du pays. Au Québec, son niveau de confiance est supérieur à la moyenne nationale, soit de 38 %.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a gagné la confiance de 45 % des Québécois, la plus haute cote parmi les dirigeants des grandes provinces. Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a obtenu la confiance de 33 % de sa population, tandis que John Horgan en Colombie-Britannique a reçu un score de 38 %. Finalement, Jason Kenney en Alberta se situe à 21 %.

Racisme et égalité

En cette année où le racisme et l'inégalité sociale ont reçu beaucoup d’attention, les Canadiens estiment à 59 % que ce sont les citoyens qui ont la plus grande responsabilité dans la résolution de ces problèmes, suivis de près par les gouvernements fédéraux (58 %) et provinciaux (57 %). Sur une échelle de zéro à 100, les Canadiens attribuent une note de 62 au bilan du Canada en matière d'égalité des chances, sans distinction de race, de religion, d'origine ethnique ou de genre. Les préoccupations relatives au racisme systémique vont certainement façonner la confiance dans le Canada et ce n'est pas une coïncidence si la confiance envers la GRC a chuté de 10 % par rapport à l'année dernière pour se rendre à 50 %. L'organisation a dû relever plusieurs défis en 2020 et seuls 41 % des Canadiens à faible revenu font aujourd'hui confiance à la GRC.

Autres conclusions de l'enquête :

  • La confiance à l'égard des hôpitaux reste forte, avec un taux de 67 % pour l'ensemble des Canadiens et 54 % pour les Québécois, tandis que la confiance à l'égard du système de santé canadien est de 63 % dans l'ensemble, contre 62 % au Québec; 
  • La confiance envers l'armée canadienne est de 58 %, avec le niveau le plus élevé au Québec, à 62 %; 
  • Facebook continue d'être l'une des entreprises qui inspirent le moins confiance avec 24 % (contre 23 % au Québec), alors que Shoppers Drug Mart (Pharmaprix au Québec) est l'une des entreprises les plus fiables avec 56 % de tous les Canadiens et 63 % des Québécois); 
  • Les Canadiens et les Québécois sont divisés sur la façon dont la pandémie les a touchés. Si 31 % des Canadiens et 34 % des Québécois se sentent plus solidaires et unis, 44 % des Canadiens et 48 % des Québécois ne perçoivent aucune différence et 26 % des Canadiens et 18 % des Québécois se sentent moins solidaires et unis. Les habitants des Maritimes sont les plus susceptibles de se sentir plus unis avec 37 %, alors que seulement 14 % d'entre eux se sentent moins unis.

À propos de Capital-Image

Capital-Image Inc. est l’une des six plus grandes agences de relations publiques de Montréal, et ses opérations sont certifiées A +, la norme d’excellence en matière de qualité professionnelle et de service pour les cabinets de relations publiques au Québec, tel que déterminé par l’Alliance des cabinets de relations publiques du Québec. Fondée il y a 31 ans, Capital-Image fournit des services de relations de presse, de création de contenu, de gestion des médias sociaux, de communication corporative, de gestion de réputation et de crise, d'événements spéciaux ainsi que de communication interne. Au fil des ans, l'agence a remporté de nombreux prix d'excellence en relations publiques. Elle a également été l'une des premières agences montréalaises à être certifiée carboneutre. Capital-Image est partenaire de Proof Strategies Inc. depuis 25 ans.

À propos de Proof Strategies Inc.

Les dirigeants responsables de la gestion de la réputation, de la croissance des entreprises et du rayonnement des marques peuvent compter sur Proof Strategies, un partenaire de relations publiques et de communication qui pose les bonnes questions afin d’aider ses clients à créer une vision, susciter la confiance et prospérer. Fondée en 1994, l'agence possède des bureaux à Toronto, Montréal, Ottawa et Washington, DC.

À propos de l'Indice CanTrust

L'Indice CanTrust de Proof Strategies est une source de premier plan au niveau de la recherche et de la compréhension du phénomène de la confiance au Canada. Au total, 1 517 Canadiens, comprenant 364 Québécois, ont été interrogés au moyen d'un panel en ligne afin d’étudier et d’analyser des thématiques, des institutions, des événements ainsi que des segments de la population. L'échantillon est représentatif des statistiques canadiennes par région, genre et âge.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK