L’intelligence artificielle au service du marketing

Le mois dernier se tenait la conférence Intelligence artificielle et marketing, organisée par Infopresse. De nombreux intervenants et experts se sont penchés sur diverses facettes de l’intelligence artificielle, en plus d’aborder son utilité en marketing au sens large du terme.

L’intelligence artificielle en est encore à ses balbutiements, mais si l’IA se contentait d’effectuer des tâches répétitives simples il y a quelques années à peine, elle a récemment fait un énorme bond en avant, grâce à l’apprentissage profond, ou deep learning : qu’elle prenne la forme de robots conversationnels (ou chatbots), d’assistants vocaux, du clonage de voix, ou de l’analyse d’imagerie et de données… l’IA est désormais capable d’effectuer des tâches de plus en plus complexes, autant en médecine qu’en journalisme. Et c’est loin d’être terminé.

 

À l’aube d’une nouvelle ère marketing

Nous vivons actuellement dans un écosystème complexe, du fait que nous utilisons de multiples outils : CRM, outils d’analytique, chatbots, etc. L’intelligence artificielle vient rehausser l’expérience client et ainsi offrir du marketing personnalisé à grande échelle, en agrégeant les données à sa disposition, ce qu’un humain ne parviendrait pas à faire, tant le volume de données peut être grand.

Et, à l’inverse, il est aussi possible de se servir de la globalité de ses données afin d’atteindre sa clientèle, comme Spotify l’a fait, en s’adressant à ceux qui avaient fait jouer la pièce musicale « Sorry » le jour de la St-Valentin.

Nous vous en avons déjà parlé, les assistants vocaux sont également en forte progression en Amérique du Nord, puisqu’ils permettent le retrait d‘un obstacle important pour les consommateurs, l’interface utilisateur, en plus de fournir une multitude de données aux fabricants qui peuvent ensuite les traiter afin de mieux cibler leurs besoins et améliorer leur offre de produits ou de services.

 

L’IA offre un avantage compétitif

Si l’intelligence artificielle permet de faire ressortir des tendances à partir de grandes quantités de données, chose qu’il ne serait pas possible de faire pour un humain dans un délai raisonnable, une entreprise peut donc obtenir un avantage compétitif sur la concurrence… du moment que la concurrence ne soit pas équipée d’outils d’intelligence artificielle elle aussi.

Imaginez une entreprise capable de faire du marketing personnalisé à grande échelle en appliquant l’intelligence artificielle dans son processus afin de comprendre ce qui stimule l’intérêt des consommateurs, de cibler son message, puis de personnaliser l’appel à l’action sur son site ou en magasin selon le persona et la probabilité d’acheter du consommateur visé!

Évidemment, dans plusieurs domaines, l’intervention ou la supervision humaines sont encore nécessaires afin de valider de nombreux facteurs, comme l’absence de biais afin de s’assurer que l’IA soit l’alliée de l’humain… mais pour combien de temps cela sera-t-il nécessaire?

Damien Lefebvre de Valtech, une firme de marketing numérique qui crée des expériences immersives, affirme que d’ici 20 ans, le médecin sera « l’infirmière de l’IA ». On voit déjà des cas en orthodontie où le dentiste ne fait que placer un moule dans la bouche du patient, puis valide les mesures, le confort et autres paramètres une fois l’appareil en place, alors que tout le travail en amont a été effectué par une IA. Même chose en radiologie, où l’IA détecte les tumeurs plus facilement que l’œil et le jugement humains. Le radiologue ne fera bientôt qu’interpréter et valider les résultats, mais ce type de poste ne sera bientôt plus nécessaire… lorsque le taux de succès sera passé à 100%.

Tout ceci permet des économies importantes, puisque le temps des spécialistes est optimisé et réduit sur chaque dossier, faisant baisser les coûts par la même occasion.

 

La « voix » du futur!

De son côté, la montréalaise Lyre Bird parvient à cloner de mieux en mieux les voix humaines à partir d’échantillons. Il est possible de changer l’intonation et même la langue, ce qui permet ensuite de faire dire à peu près n’importe quoi à n’importe qui. Bonjour, les fake news! Ajoutons à cela les deep fakes, ces vidéos où les visages de gens célèbres sont transposés sur d’autres corps, et il deviendra bientôt impossible de distinguer un vrai discours ou une vraie annonce radio ou télé d’un faux. Un grand défi guette les communicateurs de demain!

Mais ces technologies peuvent aussi être utilisées afin de créer une image de marque encore plus forte. Pensons à la voix du métro de Montréal, à Siri, Alexa ou l’Assistant Google… ce sont des voix et des personnalités que l’on reconnaît instantanément, mais on peut encore détecter qu’elles sont « fausses », ou « fabriquées ». Mais avant longtemps, on pourra utiliser la voix d’un auteur pour automatiser la lecture un livre audio, ou encore ressusciter une personnalité décédée en recréant sa voix à partir d’échantillons accessibles dans des enregistrements audio ou vidéo… et les gens n’y verront que du feu.

Les entreprises ne dépendront plus d’une voix biologique qui peut vieillir, tomber malade ou mourir. Il deviendra donc possible de créer une voix ou même une image qui suivra la marque aussi longtemps que souhaité…

 

Les experts en communication

À l’ère des fake news et des deep fakes, il devient de plus en plus important de jouir d’une certaine crédibilité afin de bien communiquer ses messages, autant à ses employés qu’à ses clients ou partenaires.

Les experts en communication sont bien placés pour vous conseiller à ce niveau, et même vous aider à développer de nouvelles stratégies pour faire passer vos messages : qu’il s’agisse de faire connaître un produit, un service ou votre entreprise, de rehausser votre image de marque ou pour tout autre besoin en communication, l’équipe de Capital-Image est là pour vous appuyer et vous conseiller à tous les niveaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *