Le Pacte ou L’importance de choisir son porte-parole

Le Pacte. De sang. Avec le diable. À en croire ses détracteurs, l’initiative menée par Dominic Champagne et 500 cosignataires scientifiques, leaders et artistes ne servirait qu’à apaiser la culpabilité grandissante de la gau-gauche québécoise. Ce fameux pacte a su faire couler beaucoup d’encre ces derniers temps, fort heureusement pas dans nos jolies rivières – ne t’inquiète pas Roy. Et bien que cela donne une visibilité au Pacte, le débat ne tourne pas principalement autour des enjeux réels du problème, mais plutôt autour des messagers. En tant que communicateur, cela m’a amené à me questionner sur l’importance de choisir le bon porte-parole lors d’une campagne.

***

Pour lire la suite de cet article, veuillez vous rendre sur Infopresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *