Étude du CEFRIO : Comment tirer profit du « cyber lèche-vitrine »

Young women in the shopping mall using smartphone

Plus tôt cette semaine, le CEFRIO dévoilait les résultats de sa plus récente étude sur les tendances du commerce électronique au Québec. Qu’est-ce que l’on doit en tirer?

Les non-cyberacheteurs, friands du « cyber lèche-vitrine »?

Bien que l’on y apprend qu’une majorité de Québécois (58%) ont fait au moins un achat en ligne en 2017 – une tendance constante par rapport à 2016 – ce qui a surtout retenu mon attention est le fait que les non-cyberacheteurs demeurent influencés par le Web dans leur processus d’achat. En effet, une vaste majorité des non-cyberacheteurs, soit 62%, y recherchent de l’information avant de faire un achat en magasin.

Cette tendance dite de webrooming est plus courante chez les 25 à 44 ans et est entre autres propulsée par le désir de comparer les prix des compétiteurs (33%). L’augmentation de l’utilisation des appareils mobiles en magasin est aussi une tendance de plus en plus ancrée dans le comportement des consommateurs, surtout auprès des 18 à 34 ans (60%).

Une présence Web forte

À la lumière de ses données, il est plus important que jamais de mettre en place une stratégie de contenu bien ficelée afin de rejoindre autant les cyberconsommateurs que les non-cyberacheteurs, puisque le Web demeure un endroit privilégié comme porte d’entrée dans le processus d’achat de plusieurs consommateurs.

Maintenant, avec la pléiade d’options offertes aux marques, il est possible d’accompagner tout consommateur du moment de l’exploration jusqu’à la conversion. Que ce soit le site Web officiel, le blogue ou les réseaux sociaux de la marque, l’utilisation de ses différents canaux permettra de rejoindre le consommateur à plusieurs niveaux et de l’amener à prendre une décision finale.

L’impact des réseaux sociaux est non-négligeable dans tout ce processus, surtout lorsque l’on sait que 74% des consommateurs prennent des décisions d’achat en fonction des réseaux sociaux et que 80% de ceux-ci disent être plus enclin à acheter un produit suite à la recommandation d’un proche. Bâtir une présence sociale, tout en travaillant à développer des stratégies de contenu engageantes qui feront de vos communautés des ambassadeurs organiques vous permettront d’atteindre vos objectifs.

L’influence des influenceurs

Débat constant depuis l’essor du marketing d’influence, les influenceurs ont-ils une réelle influence? Selon une récente étude d’Ipsos, la crédibilité et la légitimité des influenceurs semblent moindres auprès de l’ensemble des internautes, mais leur impact se fait sentir auprès de leur public. En effet, près de neuf abonnés sur dix (89%) disent avoir découvert un nouveau produit ou une nouvelle marque, visité le site Web associé (89%) et recherché de l’information supplémentaire (87%) suite à l’exposition à du contenu proposé par un influenceur.  Ce qui tend à corroborer que les partenariats avec les influenceurs peuvent être grandement bénéfiques pour les marques.

Pour se faire, assurez-vous d’établir dans un premier temps des objectifs clairs et de définir votre public-cible. Par la suite, vous pourrez mieux évaluer selon les critères préétablis les influenceurs qui répondront le mieux à vos besoins et vous permettront d’atteindre vos objectifs (notoriété, conversion, clics, etc.). Travaillez de près avec l’influenceur choisi pour le guider le mieux possible, mais donnez-lui ensuite la latitude nécessaire pour qu’il puisse créer lui-même du contenu de qualité qui saura résonner avec sa communauté.

La technologie à la rescousse

L’évolution rapide de la technologie mobile permet maintenant aux marques de s’engager de façon encore plus interactive avec leurs consommateurs. Que ce soit le géociblage, la réalité virtuelle, la réalité augmentée, les vidéos 360o, toutes ses innovations permettent maintenant de développer de nouvelles façons d’améliorer l’expérience consommateur.

Quand on sait que le plus gros frein des internautes québécois n’ayant pas fait d’achat en ligne est qu’ils préfèrent voir, toucher ou essayer les produits avant de les acheter, il est intéressant de voir comment la technologie peut parvenir à briser cette ultime barrière. On n’a qu’à penser à IKEA qui a récemment introduit sa nouvelle expérience de réalité augmentée, IKEA Place. Une application qui permet de voir en temps réel dans son espace comment les différents articles peuvent s’intégrer à notre décor.

 

Il est maintenant possible plus que jamais d’entrer en contact avec vos consommateurs, de les éduquer, de les informer et finalement, de les amener à prendre action. Les possibilités sont infinies, il ne vous reste plus qu’à les saisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *